Tuesday, October 24, 2017

GUY DE MAUPASSANT (1850-1893)







Guy de Maupassant appartenait au mouvement littéraire de la fin du 19e siècle appelé le naturalisme dont le représentant le plus connu fut Emile Zola.

Bien que Maupassant ait écrit six romans, ses chefs-d'oeuvre demeurent ses contes et ses nouvelles dans lesquels il dépeint des mondes variés : le monde rural de sa Normandie natale, le monde de la petite bourgeoisie et des employés, et aussi le monde souvent cruel de la haute bourgeoisie parisienne. 

Une nouvelle est plus courte qu'un roman et a moins de personnages. Une des caractéristiques principales de la nouvelle est une fin surprenante. Les Tombales est la nouvelle la plus bizarre de Maupassant dont la fin m'a le plus prise par surprise. Si la lecture vous tente, vous pouvez la lire ici 

Les Tombales

De nombreux artistes de cette époque détestaient la Tour Eiffel qui était en train d'être construit pour l'Exposition Universelle de 1900. Maupassant était un des adversaires les plus farouches de la Tour. Dans son récit de voyage La vie errante il se plaint de "cette carcasse métallique".  Voici le début du récit :



"J’ai quitté Paris et même la France, parce que la tour Eiffel finissait par m’ennuyer trop.

Non seulement on la voyait de partout, mais on la trouvait partout, faite de toutes les matières connues, exposée à toutes les vitres, cauchemar inévitable et torturant.

[...]

Comment tous les journaux vraiment ont-ils osé nous parler d’architecture nouvelle à propos de cette carcasse métallique, car l’architecture, le plus incompris et le plus oublié des arts aujourd’hui, en est peut-être aussi le plus esthétique, le plus mystérieux et le plus nourri d’idées ?

Il a eu ce privilège à travers les siècles de symboliser pour ainsi dire chaque époque, de résumer, par un très petit nombre de monuments typiques, la manière de penser, de sentir et de rêver d’une race et d’une civilisation.
Quelques temples et quelques églises, quelques palais et quelques châteaux [...] expriment à nos yeux mieux que des livres, par l’harmonie des lignes et le charme de l’ornementation, toute la grâce et la grandeur d’une époque.

Mais je me demande ce qu’on conclura de notre génération si quelque prochaine émeute ne déboulonne pas cette haute et maigre pyramide d’échelles de fer, squelette disgracieux et géant [...]."

(La vie errante, 1890)



Subscribe on iTunes to automatically get new episodes.